[slideshow id=1]

Rapport Moral 2016

Mesdames, Messieurs,

Merci tout d’abord pour votre présence et votre réponse à notre invitation.

C’est la confirmation de l’intérêt que vous portez à l’action de REVIVRE,

  • Par votre engagement au quotidien, et je pense là plus particulièrement à

nos équipes et aux bénévoles de l’association,

  • Par votre soutien et votre partenariat, et je pense là plus particulièrement :
  • Au mécénat dont la présence aura été d’environ 500 000 € entre l’année 2012  et l’année 2015, marque significative d’une avancée de notre culture        associative, avec des participations plus habituelles comme celles :
  • De la MACIF, présente dans le montage de l’hôtel LIBÉRA et de notre projet AGRI’PAIN,
  • D’ENEDIS (ex ErDF), partenaire exclusif de notre action N@vette location,
  • Du Crédit Agricole, présent dans la réalisation de ces trois actions,
  • Au fidèle partenaire bancaire et financier que constitue la BFCC,
  • A nos partenaires du logement social,
  • Aux élus, collectivités territoriales et administrations déconcentrées de l’État, notre communauté d’agglomération de Caen la Mer, le conseil départemental du Calvados, la commune de Colombelles, la DDTxxx, la DRJCS, la DDJCS, et la DIRECTTE.

Je salue les représentants de chacune de ces structures qui nous font l’amabilité

d’être à nos côtés ce soir et leur exprime les remerciements de l’ensemble de

l’association pour leur soutien et la confiance qu’ils nous témoignent.

Avant de présenter le rapport moral de notre association pour l’année 2015 et nos

orientations pour les 2016 et les années à venir, je souhaite en premier lieu rendre

un hommage particulier à Marie-Christine GALLINOU, présidente d’Itinéraires et de

la FNARS Basse-Normandie, qui nous a soudainement quittés à la fin de ce mois

d’avril 2016.

Elle laisse parmi nous la marque et l’héritage

d’une femme de caractère et de conviction,

d’une militante infatigable de l’action sociale associative en faveur des plus démunis,

d’une femme généreuse et de grande réflexion qui aura sans doute marqué dans

notre région de nombreuses générations de travailleurs sociaux et de militants

associatifs.

Cette année 2015 aura été pour REVIVRE une année de continuité et de

persévérance dans la conduite de nos initiatives.

Une année aussi de transition puisqu’après 20 années de présidence de

l’association, Bernard FALET a souhaité “passer la main”.

Un héritage difficile tant l’engagement personnel de Bernard, son audace souvent,

mais aussi sa tranquille assurance dans la conduite de notre association, auront

profondément marqué le fonctionnement et les avancées de celle-ci.

Un héritage facile cependant, car Bernard demeure parmi nous en qualité de

président honoraire de l’association, mission qui le conduit à souvent intervenir pour

la représenter, mais aussi et surtout parce qu’il a quitté la présidence d'une

association :

  • Dynamique et riche de projets,
  • Saine et stabilisée économiquement et financièrement, comme vous le confirmera le rapport financier que vous présentera tout à l’heure notre trésorier, Jean-Pierre ANQUETIL,
  • Au sein de laquelle les relations humaines sont harmonieuses.

J’évoquais à l’instant Marie-Christine GALLINOU, c’est l’occasion pour nous de dire

notre attachement à la FNARS qui est notre communauté de pensée du mouvement

associatif et militant au service des plus démunis, une communauté à la fois

nationale, régionale et départementale où se retrouve la plupart de ceux qui, comme

nous, « mettent en musique » cette forme de la solidarité sociale.

Une FNARS qui est confrontée aujourd’hui aux transformations du cadre régional et

qui, grâce à une réflexion commune à laquelle REVIVRE a participé activement, par

l’implication de nos représentants, Bernard FALET et Robert HÉRIN, secrétaire de

notre association, a fait le choix de l’unité dans la diversité des structures qu’elle

réunit et des cadres géographiques dans lesquels elles agissent.

Ce besoin d’être présents dans la réflexion collective, qui s’exprime ainsi sur le plan

de notre action sociale, par cet attachement historique à la FNARS, il s’exprime

aussi, s’agissant du versant médico-social de notre action, par notre appartenance à

la FEHAP qui, elle, a déjà résolument pris le tournant de la grande région

Normandie, au sein de laquelle notre directeur assure activement la représentation

des structures telles que la nôtre.

Tel est le cœur de notre action, et le sens de notre action de cœur.

Et pour assurer la pérennité de nos actions, face à la précarité des situations

individuelles auxquelles nous nous efforçons de porter secours, pour adapter nos

réponses à l’évolution de l’environnement économique et institutionnel et des

besoins, il nous faut savoir

Tout cela, nous continuons à le faire avec succès :

  • Grâce au savoir-faire de nos équipes, de nos chefs de service, et de notre directeur, Fabrice BOURDEAU,
  • Grâce à la mobilisation de nos bénévoles,
  • En laissant place à l’imagination, voire l’audace de quelques unes de nos entreprises, mais une audace raisonnée,
  • Grâce aussi à une gestion qui allie avec succès rigueur, capacité d’adaptation, et maîtrise des coûts,

Indispensables moyens :

  • De faire face à un contexte d’étroitesse budgétaire qui s’impose à tous,
  • Pour mettre en harmonie la diversité, parfois la précarité, souvent le remaniement des sources de financement (et je pense particulièrement à cet égard à notre activité CHRS et au défi qui nous attend au détour de la finalisation de l’étude nationale des coûts (ENC).

Et toujours :

  • Le souci d’assurer la stabilité des emplois et la qualité des conditions de travail de nos quelques 60 salariés,
  • Remettre au centre de nos préoccupations les personnes que nous avons ainsi la capacité d’accueillir,
  • Préserver la qualité de nos prestations d’accueil dont nous sommes fiers de pouvoir dire qu’elle en est l’image de marque, ainsi qu’en témoignent notamment nos taux de retour à l’emploi ou d’accès à la formation en fin de prise en charge.

Ainsi 2015 aura-t- elle été une année riche en maturation de projets.

Dans le domaine de l’hébergement tout d’abord, avec :

  • L’extension du Tremplin, en partenariat avec PARTELIOS Habitat, dont les travaux vont prochainement démarrer, qui nous permettra d’augmenter d’un tiers notre capacité d’accueil d’urgence,
  • L’atteinte du rythme de croisière pour la résidence sociale Guy CATTEAU, avec ses 39 logements de transition pour personnes isolées, que Thierry LARCHER vous présentera tout à l’heure plus particulièrement,
  • Le projet de la résidence Vaucelles, rue du général Decaen, en partenariat avec La Caennaise, qui devrait déboucher sur la création d’un 50aine de logements en T1, permettant de regrouper le logement diffus de personnes isolées qui constitue le cadre actuel d’une partie importante de notre hébergement CHRS,
  • Le projet de la résidence des Champs, rue de Falaise, en partenariat avec PARTELIOS Habitat, qui devrait nous permettre :
  • D’accueillir le CAO, dont les conditions d’accueil et de fonctionnement actuelles ne sont plus adaptées aux besoins,
  • D’étendre notre réponse aux besoins d’hébergement social au travers de 30 logements de transition en T1, T2 et T3,

Deux opérations qui auront vu mûrir notre réflexion sur :

  • Notre place dans la conception et la réalisation de nos projets immobiliers, avec l’obtention par l’association de son agrément pour la maîtrise d’ouvrage d’insertion (MOI),
  • Le véhicule juridique de nos opérations immobilières, soit l’adoption de la VEFA (vente en état futur d’achèvement) qui vient se substituer à la pratique ancienne, mais coûteuse, de la location longue durée,
  • La confirmation de la pertinence de l’orientation prise, en termes de réponse aux besoins et d’équilibre de gestion, à l’égard des “lits halte soin santé” (LHSS) et bientôt des “lits d’accueil médicalisés” (LAM), permettant d’accueillir des malades chroniques en difficulté d’insertion, le tout dans le cadre d’une action de coordination de parcours de soins complexes,
  • Et puis bien sûr, l’hôtel LIBÉRA, notre RHVS, qui a pris son allure de croisière, et dont les objectifs sociaux se pérennisent au travers de 38 logements mis à disposition du 115 et de la synergie avec le CAP Propreté et l’ACI, une belle image de mixité sociale, telle que celle qui inspire l’ensemble de nos projets d’implantation immobilière, sans oublier notre projet de requalification de petits logements du parc privé, souvent désertés par les étudiants, action permettant de développer une synergie avec le CAP bâtiment.

Et à côté de ces opérations hébergement :

  • La montée en puissance de N@avette location, en partenariat avec ENEDIS, avec un parc atteignant une vingtaine de véhicules pour répondre aux besoins de location à tarif social et favoriser la mobilité au service du maintien ou du retour à l’emploi et de l’accès à la formation,
  • La très prochaine entrée en phase de réalisation du projet AGRI’PAIN, que Fabrice vous présentera de manière plus détaillée, notre service de contrôle judiciaire et d’enquête de personnalité, segment d’activité où s’exprime la pérennité de notre présence dans le secteur parajudiciaire présententiel,
  • L’accompagnement social en détention, qui assure la préparation, et donc la fiabilité de nos prises en charge en sortie de détention, dont il ne faut jamais omettre qu’elles constituent le cœur de métier originel de REVIVRE,
  • Le CAO qui est au cœur de l’un de nos projets immobiliers, comme je viens de l’évoquer, mais qui est aussi l’image de l’une des priorités de notre développement, parce qu’il est le sens de l’engagement associatif, le bénévolat, avec le mûrissement de notre réflexion sur l’intégration du bénévolat dans l’action associative, qu’il s’agisse du recrutement et du renouvellement des bénévoles, de la nécessaire pérennité de l’action conduite avec les bénévoles, de la complémentarité entre action des bénévoles et travail des équipes.

Et au bénéfice de ce bilan tracé à grands traits, quelques projets ou vœux pour

l’avenir :

  • Développer le bénévolat, dans la continuité de ce que fut la préoccupation permanente de Bernard FALET
  • Multiplier les lieux où il peut s’exprimer, qu’il s’agisse du bénévolat de siège ou du bénévolat de terrain,
  • finaliser notre projet de CADA, en partenariat avec Itinéraires et l’AAJB, pour renforcer notre capacité de répondre aux insupportables drames humanitaires que la marée de l’Histoire déverse à notre porte

Développer pour les bénéficiaires de nos actions l’accès :

  • A la citoyenneté,
  • A la culture, en partenariat avec des structures telles que “Culture du cœur”
  • Aux loisirs, dimensions de l’insertion, parce que partie intégrante de la socialisation, développer la communication de notre association, pour qu’elle attire et fédère de nouvelles énergies.

Telles sont les orientations que nous vous proposons de développer dans l’avenir.

Tel est l’élan que nous souhaitons conserver à notre action pour que REVIVRE

s’affirme toujours plus encore comme une force vive de notre communauté

régionale normande.
useful source
Jean François VILLETTE, Président.

Comments are closed.