Qui sommes-nous ?

Présentation de l’association

Un peu d’histoire…

L’association REVIVRE a été fondée en 1974 à l’initiative d’un groupe de visiteurs de prisons, issus du secours catholique, avec pour objectif de créer un lieu d’hébergement et de réinsertion alors inexistant pour les personnes sortantes de la maison d’arrêt du centre de détention de Caen.

Un premier établissement de 8 places fonctionnant avec des bénévoles est créé en 1975, en centre ville, remplacé l’année suivante par une structure de 16 places avec l’habilitation CHRS[1]. Une première équipe de professionnels est alors recrutée.

En 1981, l’établissement s’installe à la Folie-Couvrechef et double sa capacité d’accueil.

Les premiers ateliers techniques y sont mis en place.

Dans la continuité de son action auprès des personnes « sous main de justice », l’association a contribué, en participant aux Instances Nationales du CLCJ[2], à instaurer le  Contrôle Judiciaire socio-éducatif comme alternative à la détention, inscrit dans la loi de 1971.

En 1985, elle créée un service de Contrôle Judiciaire en lien avec le Tribunal de Grande Instance de Caen.

L’action de l’association s’est progressivement élargie à partir du CHRS à compter des années 90, sur l’agglomération Caennaise en s’adressant aux personnes confrontées à des situations d’exclusion, plus particulièrement des hommes isolés en complémentarité avec les autres associations.

Elle proposera des actions qui s’inscriront dans les politiques de lutte contre les exclusions.

C’est ainsi qu’en 1991, est créé le service C.A.O.[3], avec le soutien du Conseil Général, puis de la DDAS[4], pour les personnes sans domicile, sans enfants à charge.

En 1992, l’association le Tremplin sollicite REVIVRE pour assurer la poursuite de l’activité du foyer d’urgence pour hommes. Ce foyer avait été ouvert en 1985 par des militants du Secours Catholique, lors des premières campagnes hivernales « pauvreté précarité ». La capacité d’accueil sera portée à 30 places en 1995. Le Tremplin obtiendra l’habilitation CHRS en 2001.

Les ateliers du C.A.P. changeront à plusieurs reprises de lieux pour s’adapter aux besoins des publics. Ceux-ci seront installés en 2004 dans l’ancienne école d’apprentissage de la SMN à Colombelles, après réhabilitation du site au moyen d’un chantier d’insertion.
L’association a ouvert en juillet 2006 une Maison Relais comportant intialement 23 logements, et 33 aujourd’hui, en 2008 une unité comprenant 9 lits halte soins santé sur le site du Tremplin.

Lutter contre toute forme de détresse

De l’hébergement d’urgence au logement

Dispositifs de santé pour tous

Insertion par l’emploi

Accompagnement socio-judiciaire

Nos Valeurs

L’Association REVIVRE est indépendante de toute influence religieuse, politique ou philosophique.

L’Association REVIVRE a fondé son projet sur des valeurs humanistes :

L’engagement citoyen dans le cadre d’une gestion désintéressée pour entreprendre des actions auprès de personnes en difficulté – La reconnaissance que chacun est porteur d’un potentiel et d’une capacité de changement – Le respect des personnes et de ses valeurs.

L’Association a la volonté de promouvoir le développement de la vie associative et l’engagement citoyen pour porter le projet associatif. Les actions qui en découlent sont mises en œuvre par des équipes de professionnels qualifiés.

L’Association souscrit aux valeurs affirmées par le projet de la FNARS « défendre un projet de société et des valeurs de solidarité ».

« La FNARS affirme une conception résolument dynamique du « vivre ensemble » qui s’appuie sur trois exigences :

Le refus des exclusions, en favorisant l’inscription de chaque personne dans un système d’échange avec la société ;

La promotion de la citoyenneté,en accompagnant les personnes accueillies dans un projet, non d’assistance mais de vie ;

La mise en œuvre de la solidarité,en affirmant la coresponsabilité de tous les acteurs au sein d’un Etat qui doit rester garant de l’accès aux droits. »

 

NOS Objectifs

Extraits de l’article 2 des statuts de l’association :

« L’association a pour but de procurer une aide matérielle ou morale aux personnes isolées ou en détresse et de faciliter leur insertion sociale …
A cette fin, l’association pourra être amenée à réaliser des activités économiques pour faciliter l’insertion professionnelle ….
Dans le même cadre, l’association assurera, conformément au code de procédure pénale, les missions du secteur présententiel qui lui seront confiées par l’autorité judiciaire… »

Pour atteindre ces buts, l’association se donne les objectifs suivants :

Agir, en proposant aux personnes en difficultés des outils diversifiés et des interventions de qualité dans  différents champs pour favoriser des parcours d’insertion sociale et professionnelle (accueil, orientation, accompagnement, hébergement, logement, formation, activités économiques….)

Interpeller  les politiques et les pouvoirs publics. Pour faire émerger les besoins, les difficultés et alerter sur les obstacles qui entravent l’insertion des personnes. Proposer, si nécessaire, des moyens pour améliorer les outils  développés par les politiques publiques.

Participer à la vie des fédérations, en particulier la FNARS. En adhérent, l’association souscrit aux valeurs et au projet affirmé par la FNARS. Elle s’engage à participer et à contribuer à la vie de la fédération.

Intervenir en lien avec le réseau en développant des relations et un partenariat pour : créer des synergies, accroître l’efficacité, favoriser l’accès des usagers au dispositif, affiner les complémentarités.

Contribuer à améliorer des réponses en innovant, en créant des actions adaptées aux besoins de toutes les personnes  et en s’inscrivant dans les politiques de lutte contre les exclusions, de prévention de la délinquance et de lutte contre la récidive.

Promouvoir la vie associative par des actions d’information et de sensibilisation des citoyens sur les questions liées à  l’exclusion et l’action des associations. En impliquant des bénévoles à coté des équipes de professionnels en travail social, en mettant en place des actions spécifiques en complémentarité des salariés.

[1] Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale

[2] Comité de Liaison des associations de Contrôle Judiciaire, dénommé aujourd’hui Citoyen et Justice

[3] Centre d’Accueil et d’Orientation

[4] Direction Départementale de l’Action Sociale

[5] Carrefour pour l’Activité Professionnelle

[6] Société Métallurgique de Normandie

Organigramme 2019

Télécharger l’organigramme 2019

 

 

PARTENAIRES